Une sœur soutient le développement de l’école Saint Antoine, une école paroissiale située dans un quartier marginal de Port au Prince. L’école a été détruite pendant le tremblement de terre. Elle est partiellement reconstruite, mais la plupart des classes sont encore dans des cabanes.

Depuis que les sœurs de La Providence y travaillent, les gens sont fiers et se sentent reconnus. Ils disent « nous aussi, nous avons une sœur ». Grâce à cette présence, les enfants scolarisés sont passés cette année de 250 à 550.

L’école ne parvient pas à dégager le salaire de la sœur qui assure la direction. En une année, elle a touché seulement 715 €. Le montant mensuel serait de 400 € par mois soit 4800 € par an.

Partagez !

shares
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de vous offrir une meilleure expérience utilisateur.
J'ai compris !